Forever, nouvelle série de TF1, a un goût coquillettes de la veille micro-ondées au parmesan. J’me comprends. 

Le pitch est pourtant prometteur : un immortel, médecin légiste, poursuivi par son double maléfique, s’entiche d’une fliquette, pour donner un sens à sa vie. Moi, je paie pour voir. 

En soi, les premiers épisodes sont propres, Jo Martinez est belle et Henry Morgan fringuant. Mais, in fine, le scénar fait bâclé.

D’abord, pourquoi ce mec est-il immortel ? 

Parce qu’il meurt en voulant sauver un esclave, un Dieu aux intentions étranges décide de le ressusciter ? Va comprendre Charles.

J’imaginais plutôt un un soldat hollandais venu coloniser les Amériques, gravement blessé au combat en voulant épargner la vie d’une indienne… qui, en retour, lui prodiguera, en plus de ses soins, un sortilège d’immortalité. Le héro ne vieillira pas tant qu’il n’aura pas trouvé son véritable amour. Oups… je crois que je viens de plagier le pitch de la série New Amsterdam créée en 2008 et arrêtée en… 2008. Ils sont trop malins c’est américains. Tu vois, j’te disais, ça a un goût de re-sucé ! 

Faut dire que la rencontre entre les deux héros est aussi dure à avaler qu’un tacos après une amygdalectomie.

Primo, elle découvre presque son secret avant la douzième minute. Deuxio, alors qu’il est suspect d’un enquête de meurtre, Henry Morgan reste autorisé à autopsier le corps de sa supposée victime. Bravo la déontologie ! Tercio, tous les prétextes sont bon pour faire équipe avec la fliquette, alors que sa place est à la morgue, comme Ducky

Alors, je veux bien croire que des gens immortels existent… mais que Morgan une fois DCD, disparaisse vêtements compris, comme dans un vieux jeu MegaDrive – pour réapparaître nu dans l’eau… S’il laissait au moins ses fringues sur place ! Ah ben ça complique les choses, c’est sûr (et si on y trouve ses papiers ou son ADN, il serait démasqué, etc). Mais il aurait pu disparaître dans une grande flamme qui consume ses habits. Et voilà ! Bref, les scénaristes se sont facilités la vie au max. Au détriment de la cohérence et du réalisme. 

Forever : patchwork de séries US. 

Toutes ces incohérences ont une explication assez simple : Forever est moins une création originale qu’un patchwork de séries US.

Pour faire court : Henry Morgan est le fils né d’une partouse entre Highlander, Sherlock Holmes et Patrick Jane. Ça fait un mec capable d’emballer une bombasse russe grâce à ses déductions logiques. Sans oublier que ce “légiste de terrain” rappelle furieusement celui de “Preuves à l’appui“. Manque plus que la musique irlandaise. Alors, ok, il faut de tout pour faire un monde, c’est vrai, hey hey… mais bon là ça commence à sentir la bouillabaisse. Quant à Jo Martinez…  à part un deuil et un alcoolisme naissant, elle n’a pas de fond, juste des formes. Dommage pour elle. 

Par contre, par contre, j’adooooore l’idée du fils-père : l’immortel recueille, en 45, un bébé rescapé des camps de la mort et décide de l’élever avec son amoureuse du moment. En 2015, le fils a la soixantaine… et passe pour le père de son père. Ouahhh, qu’en pense l’école Lacanienne de psychanalyse ? Vivement mercredi prochain ! 

A propos de l'auteur

Chroniqueur/Pigiste, spécialiste Société&Médias

Articles similaires