En 1980, Serge Gainsbourg signe Evguénie Sokolov, un conte parabolique, histoire d’un peintre français (fictif) d’origine slave, talentueux, reconnu, chef de file du courant de l’hyperabstraction et dont le succès vient de ses flatulences : sa peinture naît des vibrations créées par ses pets.

gainsbourg, gainsbarre, sokolof

Biographie fictive d’un étrange pétomane, seul, dépressif, pédophile et accompagné d’un chien (pétomane aussi). Ce roman mérite d’être téléchargé (ici) ou acheté là, et lu pour son style précis, presque chirurgical, et sa richesse lexicale.

Presque une nouvelle (90 pages) d’une sophistication absolue et d’un humour dévastateur. Un véritable OVNI littéraire. On est dans le tragi-comique torturé. Une lecture parfaite pour les aficionados de Vian ou San Antonio. On ne s’étonne pas que son accueil par les critique littéraires fut mitigé. Gainsbourg en fera donc lui-même la promo par une chanson (vidéo 1) et chez l’ami Pivot (vidéo 2).

A propos de l'auteur

Chroniqueur/Pigiste, spécialiste Société&Médias

Articles similaires

Une réponse

  1. Quand Gainsbourg écrivait la bio d'un pe...

    […] En 1980, Serge Gainsbourg signe Evguénie Sokolov, un conte parabolique, histoire d’un peintre français (fictif) d’origine slave, talentueux, reconnu, chef de file du courant de l’hyperabstraction et dont le succès vient de ses flatulences : sa peinture naît des vibrations créées par ses pets. Biographie fictive d’un étrange pétomane, seul, dépressif, pédophile et accompagné d’un chien (pétomane aussi). Ce roman mérite d’être …  […]