Non, ce prince Ali ci n’a pas de tapis volant. 

Ali ben Al Hussein est né en 1975 en Jordanie. Il est le fils du roi Hussein, l’époux d’une journaliste de CNN d’origine algérienne et père de deux enfants. Ingénieur, diplômé de grandes écoles britanniques, il se passionne pour le foot et dirige depuis 1999 la Fédération jordanienne de football. Il s’engage ensuite au sein de la FIFA. En 2011, il y obtient le poste de vice-président pour l’Asie. 

En se présentant contre Blatter la semaine dernière, il obtient 73 voix sur 206, la plupart venues du côté Européen. Il est probable qu’avec le soutien de Platini, Maradona et Cameron, il récupère la Présidence en 2016. Un choix rassurant pour les Qataris, qui recevront la Coupe du Monde dans un parfum de scandale. 

Jusqu’ici certain de l’emporter contre ce jeunot, Blatter n’est probablement resté candidat, contre vents et marées, que pour faire le ménage dans son bureau, avant de laisser place au Prince, fougueux partisan de la transparence. 

A propos de l'auteur

Chroniqueur/Pigiste, spécialiste Société&Médias

Articles similaires