La génération Y, ou génération Calimero, se demandait “pourquoi moi ? C’est pô juste !”. La génération Z, elle, a la crise dans la peau. C’est son ADN. On la dit pessimiste, elle est plutôt réaliste… et cynique. Puisque le système implose, elle n’en attend plus rien et le manipule. Bref, la génération Z casse les codes du travail.

Tu te sens concerné(e) ? Même si tu n’as plus – depuis longtemps – les 20 ans requis pour en être… tu as gardé ton âme adulescente. Et c’est tant mieux !

Alors, comme on sait que tu adores les psychotests à la Biba, on t’en a concocté un petit, avec des A, des B et touti quanti ! Amuses-toi bien !

Alors, voilà…

1-Pour toi, travailler est synonyme de…

A-…stress, aliénation, hiérarchie, pointeuse, bureau, costard…

B-…fun, créa, réseautage, tout le temps mais quand je veux, laptop, passion, épanouissement, tongs…

C-…si au moins je pouvais cocher B ! Mais faut pas rêver ! Réponse A.

2-Pour toi, les diplômes sont :

A-Le sésame ouvre-toi sur le marché du travail. L’alpha et l’oméga du recrutement en France.

B-plus ce qu’ils étaient… à peine sorti de l’école, tes compétences sont déjà obsolètes ! 

C-Ceux qui croient pouvoir se forger une expertise avec des tutos YouTube et des MOOCs, court-circuiter la fac et s’affranchir du savoir scolaire vont rapidement se faire rattraper par le système. NiarkNiarkNiark

3-Lors d’un diner en ville, on te présente Flo, consultante en consumer intelligence sous statut d’autoentrepreneur, elle fait des missions en France, à Londres et même Shanghaï, et vient de créer son propre think tank sur les pratiques de conso émergentes…

A : Tu es choqué, et t’exclames “c’est quoi cette connasse !?” en oubliant qu’elle te fait face.

B : Tu es assez waou et yeah-c’est-cool. Tu adhères immédiatement à son think tank. 

C : Tu lui demandes comment elle fait pour déclarer ses revenus étrangers et conserver son statut d’AE sans être emmerdé par le Fisc…

4-Si un type utilise dans la même phrase les termes : digital intuitive + open innovation + live-stream + co-construction tu…

A-…fais semblant d’avoir pigé en prenant un air entendu, le temps qu’il tourne le dos, afin de demander à ton voisin de droite : “mais c’est qui ce connard ?”

B-…poursuis l’engloutissement systématisé des Ferrero Rochers (c’est trop bon) tout en hochant frénétiquement du chef comme une figurine de danseuse Hawaïenne sur le tableau de bord d’un avion de chasse. Bref, tu valides à fond !

C-…pense que ce n’est qu’une mode qui disparaîtra vite. De toute façon on a plus rien inventé depuis Aristote, alors !

5-Un super pote de promo, avocat dans un méga cabinet américain dont les bureaux sont sur les Champs Elysées, t’annonce avoir raccroché la robe pour faire une thèse en droit de l’environnement et ouvrir – avec sa tante ex-fan de sixties – une ferme bio aux confins du 77…

A-Tu vagis de surprise, et lui lance cette terrible réplique tel Scar à Simba : “mais que va dire ta mère ?”

B-Wonderful & marvelous ! Tu est son premier client et t’inscrit à la livraison mensuelle de lait de chèvre afghane. 

C-Tu loues son courage, et l’interroge sur les débouchés potentiels du droit de l’environnement, que tu crois fort minces !

6-Autour de la machine à café, ça parle “Loi El Khomri”. Pour toi…

A-Salauds, ce sont des salauds, on a voté pour eux et voilà notre récompense ! On nous ment, on nous spolie !

B-Il est temps de dire adieu au CDI et à la longue carrière en entreprise. On sera bientôt tous notre propre employeur !

C-Notre taux de syndicalisation est trop faible pour avoir un vrai dialogue social. Il faudrait inciter à la syndicalisation ! Tenez, voilà un formulaire du SNAFU-CGP…

7-Anna annonce à tout le service qu’elle attend son troisième enfant…

A-Tu recherche immédiatement sur Google une liste de centres d’avortement. 

B-Tu sautes de joie et lui souhaite un bon congé maternité ! La famille c’est l’essentiel.

C-Tu te demandes comment elle compte élever ses 3 bambins avec son salaire de misère… c’est une usine à chômeurs cette fille !

8-Tu invites Ed, ton nouveau collègue, à boire un verre pour son premier jour. Au détour d’une phrase il avoue : “ouais la réussite professionnelle c’est important, mais pour moi ça passe au second plan…”

A-Dès le lendemain, tu le dénonce à la DRH afin que cet élément perturbateur soit licencié avant la fin de sa période d’essai. 

B-Tu applaudis des deux mains. “Il faut travailler pour vivre mais pas vivre pour travailler” et ta citation préférée.

C-Tu souris poliment tout en te disant : “toi, coco, tu vas pas faire long feu ici !”

Résultats

Majorité de A

On t’appelle Le Grinch. La phrase “le changement est anxiogène” a été pensée pour toi. Tu as d’ailleurs hésité à en faire ton épitaphe, mais tu lui as préféré : “mieux vaut être en CDI et malheureux que précaire et heureux – ce qui est impossible”. Pour toi, le patron est un salaud : la preuve, si tu étais patron tu en serais un (de salaud). Ta réplique favorite ? “Oh ! Comme un lundi !”. Non déclinable le reste de la semaine pendant laquelle tu t’abstient donc de répliquer. Côté style, tu kiffe les chemises Carrefour à manches un peu trop longues qui remontent jusqu’au pouce, te donnant l’air d’un nain. Et les Swatchs Irony. Ça fait classe sans être cher. Si tu te reconnais, essaye juste de  t’aimer plus : fais-toi l’amour devant la glace en pensant au rêve d’enfant désormais enfoui loin, si loin, plus loin qu’aucune coloscopie ne pourrait aller. En trois mots : pète un coup !

Lire aussi : Changer de job ? 5 questions pour savoir !

Majorité de B

La génération Z, c’est toi ! Tu ressens un besoin irrépressible de mobilité à la fois professionnelle et internationale. Tu te vois freelance, consultant, auto-entrepreneur, en un mot : libéral, pour être ton propre patron. Tu sais que tu ne peux compter que sur toi-même.

Tu est un créatif, à côté de ton job tu développes un projet annexe (ton propre label de musique, ta pâtisserie, ton blog, ta maison close). Pour toi, échouer est normal : qui ne tente rien… 

Tu as un état d’esprit basé sur le partage, la collaboration et l’ouverture. Bref, tu es open !

Majorité de C

On te plaint, toi, modeste représentant de la génération Y, comme “mais pourquoiiiiiiiii ? C’est trop pinjuuuuste”. Tu rêves d’être un Z, d’être free as a bird, mais une petite voix dans ta tête, tel un Jimmy Cricket dépressif, ne cesse de te susurrer que tu n’y arriveras pas, que tout cela n’est pas sérieux. Élevé au son du “mange tes légumes, sinon tu finiras chômeur”, tu as vieilli avant l’heure. Le monde s’effondre comme les ponts de pierre dans MarioBros et toi tu cours, tu cours, en jetant des coups d’œil angoissés derrière ton épaule. Le monde est trop cruel ! 

Une réponse

  1. Digital, nomade, intrépide ? La g&eacute...

    […] La génération Y, ou génération Calimero, se demandait « pourquoi moi ? C’est pô juste ! ». La génération Z, elle, a la crise dans la peau. C’est son ADN. On la dit pessimiste, elle est plutôt réaliste… et cynique. Puisque le système implose, elle n’en attend plus rien et le manipule. Bref, la génération Z casse …  […]