Nous sommes allés à la rencontre de Capucine Narcissea, blogueuse mode de renom qui fait s’affoler la cohorte d’ahuries consentantes réduites en servage par leur touitter.

ZincMag : Que répondez-vous à ceux qui disent les blogueuses sont comme les boysbands : indigents mais heureusement éphémère comme un pet de lapin.

CN : Oui c’est de Eric Zhumour, non ? Un jaloux !

ZincMag : Il écrit aussi : « la blogueuse équi blabla, alter ceci, eco cela et neo machin synthétise toute la médiocrité de notre Temps. » Cela vous affecte qu’on parle de vous en ces termes ?

CN : Non… je suis presque flattée d’être sa muse ! Mettre autant d’énergie à exprimer son ressentiment. Je lui souhaite de trouver la paix intérieure. S’il veut je lui prodiguerai quelques « free tips ».

ZincMag : Vous avez été rapprochée par deux plus grands cabinets de tendances, « Carmina » et « Conelli Roadi ». Pourquoi avez-vous refusé leurs offres ?

CN : Parce que ces boites ne sentent pas la mode, ils fabriquent la tendance. Ils vous obligent à porter des chemisiers à carreaux mauves ou des zébrures, car c’est tout ce que vous trouverez en vitrine ! Moi je suis une voix alternative. Pour eux, il ne doit y avoir qu’une voix. Moi, je ne marche pas au pas. J’ai refusé leur offre par intégrité… Je suis indépendante. On ne peut ni m’acheter ni me museler.

A propos de l'auteur

Articles similaires