En pleine campagne contre le harcèlement dans les transports, voilà 6 témoignages d’agressions, entre insultes perverses et répliques chocs, on découvre que le problème c’est avant tout l’impunité !

.

Ludivine

.
Dimanche, confortablement installée devant le JT, je découvre la campagne gouvernementale contre le harcèlement dans les transports. Et là, mon homme balancer : “oh la la, ils vont encore nous faire chier avec ça !” 
Sur le coup, mon sang ne fait qu’un tour : Monsieur sera puni. Privé de sexe jusqu’à Noël.
-Y’en a qui cherchent en s’habillant sexy ! 
Cet argument dégueu, je l’ai assez entendu. 
-Tu veux que je me voile alors ?
-Non…
-Donc ta gueule !
.
Alice  
.
Parfois il suffit d’une paire d’yeux salaces pour gâcher un trajet. Chantons ensemble ! “Il a les yeux revolbite, il a le regard qui pue, il me matte entre les cuisses, il m’a kiffé chuis foutuueuuu !”
Moi je plonge la tête dans mon 20 Minutes. 
.
Laure
.
Il a 40 ans, ou plus. Cheveux grisonnants. Je suis sur un strapontin. Il s’installe et se colle à mes reins. Et v’la que “je vais et je viens sur mon coussin”. Bref, Monsieur se dandine. Caresse parfois ma botte d’un pied. Me regarde looooongtemps, attendant que je tourne la tête. Moi, je le vois du coin de l’œil. Il a un bouc affreux. Il se rapproche encore quand ma vient une parade :
-Pardon Monsieur, vous avez des hémorroïdes pour bouger tout le temps comme ça ?
-Hein ? il fait. 
-Pas grave. 
Je sors. 
.
Agathe 
.
Les Halles et ses escadrilles de racailles. Ils traînent à trois ou quatre, parlent fort, se font remarquer. Ce jour là j’avais des bottes. 
-Hey mad’moiselle ! Tu me fouette ? Vazy pour 50 E tu suces ? Et d’imiter le bruit de succion avec sa bouche. 
Je fais comme si de rien n’était. 
-Oh ! Ton cul je crache pas dessus, je crache dedans…
Devant mon mutisme, la saillie verbale se conclu par un “vas-y casses-toi tassepé t’es chum”.
.
Chen
.
Comment veux-tu répliquer à un mec qui peut t’en coller une ou te planter une lame sans que personne ne bouge ? Alors ouais, j’ai ma bombe lacrymo, mais imagine la dévastation dans la rame de métro non-aérée ! 120 paires d’yeux explosées et autant de poumons défoncés ! Je pourrais aussi reprendre le Krav-Maga, mais j’ai même pas le temps/courage de profiter de mon abonnement en salle de gym qui m’a pourtant coûté une bliiiiiiinde. Un gun ? Un Colt 45 dans le sac, ça ferait un peu lourd. Tout ce qui me reste, c’est la force des mots. Il me faut des répliques-massues pour couper la chique à ces connards. En mode Wonderwoman. 
.
Hélène 
.
Ma stratégie : envoyer ma contre-attaque à quelques secondes de sortir/entrer dans le métro, ou en présence de personnes apparemment bien intentionnés et disposant d’une masse musculaire égale ou supérieure à celle de ton agresseur. Comme je sais qu’ils ont souvent un problème avec leur mère, j’ai tendance à leur dire “retourne chez ta mère”. Parfois, ça marche. 
.
Anouk
.
J’attends un train. Soudain j’entends : 
-Hmm donnes-moi ton corps baby, ta peau baby !
Un black me récite du Camaro ! WTF !?
-Va chanter ça à ta mère Boyz2Men !
-Kestadila !?
Je dégage vers les trains, je l’entends râler dans mon dos, mais il ne bouge pas.
.
Julie
.
J’attends le bus, un type me dévisage. 
-Tu as une tête de vicelarde ! il me lance. 
-Non mais de quel droit vous le tutoyez ! 
Bon par contre c’est parfois dur d’avoir de l’humour dans ces moments là !  
.
Luna
.
Ils sont trois avec de gros blousons et me tournent autour. L’un d’entre eux se lance. Un grand blond coupé court.
-Mademoiselle, vous êtes charmante. Ta petite jupe, c’est pour moi ?
-Je m’habille comme je veux, pédé ! Et en plus je t’encule. 
C’est sorti comme ça. La disproportion le choque, tout comme mon voisin, un vieux banlieusard à lunettes. 
-Non mais t’as dis quoi là ? T’es cinglée ? 
Je sens qu’il a envie de me casser la gueule. Qu’on lui a jamais parlé comme ça. Mais, y’a trop de monde. 
-Putain c’est toi qui va te faire enculer salle chienne de merde. 
Ils dégagent. Mon agressivité m’a desservit auprès de potentiels bon samaritains. Ils n’aideraient pas une enragée. Je le lis dans leurs yeux. Je dois davantage correspondre à l’image de la “faible femme”.
.
Samia
. 
Sur un quai de métro.
-T’es bonne tu sais, balance un mec. 
Je ne réponds pas et m’éloigne vers un groupe de touristes. Le mec me suit.
-Oh hé, c’est quoi ton nom ?
Je m’approche d’un couple : 
-Laissez-moi tranquille, je dis simplement. 
-Tu me plais, je te plais ?
-Laissez-moi tranquille ou je vous prends en photo et je la mets sur les réseaux sociaux avec écrit en gros PERVERS. 
-Vas-y ! Donnes leur mon 06 à tes cops qu’elles viennent me voir ! 
Je me tourne vers le couple : 
-Pardon vous voulez bien m’aider ? J’ai un type qui me suit.
-Euh… 
Ils sont un peu étonnés. La fille regarde le type. Le type nous regarde. Tout le monde se regarde. Il s’en va. Moi aussi. 
.
Andrée 
.
Je me sens si impuissante face à ces pervers. Comme si rien ne pouvait être fait. On va pas les arrêter pour un regard. Par contre c’est moi qu’on arrêtera si je réponds à leurs provocations avec mes poings ! Condamnée à regarder baisser les yeux, faire comme si de rien n’était, subir sans rien dire. Comme si on avait toujours tord, que l’on se batte ou non. Je comprends les filles des quartiers qui finissent par se voiler, juste pour avoir la paix. 
.
(…)
.
Pour ceux qui n’auraient pas conscience de la gravité du problème sachez qu’un blog est entièrement consacré aux témoignages d’agressions  :  Paye Ta Schnek (http://payetashnek.tumblr.com/).
Après avoir lu ça, on ne peut plus rester passif ! #HarcelementAgissons
Des prénoms ont été changés, à part ça, tout est vrai !