Le cas Error : les faits

1987. Nous sommes sur le NES, dans The Adventure of Link, jeu mythique mieux connu sous l’appellation Zelda II. Il est 17h32 et, après avoir englouti un Raider 2-doigts-coupe-faim, tu reprends ta partie là où tu l’as laissée, puisqu’il y a une sauvegarde-à-pile dans la cartouche !!! Que n’ont-il inséré ce dispositif salvateur sur tous les jeux ! Enfoirés.

Là, Link pénètre une maison de brique pixelisée à la truelle et s’adresse à un gras du bide en costume violet. Il réplique : « I AM ERROR ». Soudain, c’est l’incompréhension. Quelle « erreur » ? Qu’ai-je donc fait ? Pourquoi faut-il que tous ces poils me poussent partout ? Le volumineux Larousse Français-Anglais / Anglais-Français ne te sera d’aucun secours. Enfoiré.

Combien d’adolescents à la psychée fragile furent-ils ainsi traumatisés par le gros Error de Ruto ? Combien d’entre eux durent-ils visiter moulte pédopsychiatres à la Michel Rufo avant d’en sortir ? L‘enfoiré.

error, zela, link, qui est error, who is error

Fuckin’ Error of Ruto

Error est un citoyen Hylien de la ville de Ruto. Sa fonction est de dévoiler à Link, à l’issue d’une longue enquête de voisinage, « (qu’)il y a un tunnel au sud de la tombe des rois au village de Mido ». Ce sont d’ailleurs ses derniers mots, puisqu’on entendra plus parler de cette icône de la communauté des Bear Gays. Ainsi, après 20 ans de doutes, nous sommes en mesure de dire qu’Error n’est que son nom. « Je suis Error ». Enfoiré.

Personnage peu utile s’il en est, son sprite (graphisme) sera réutilisé pour d’autres. Ce qui ne va pas sans semer davantage le trouble, voire provoquer des réminiscences du drame, renforçant les symptômes de stress post-traumatique. 

zelda, link, i am error

En réalité, ce nom étrange viendrait d’un jeu de mot. Une petite blague potache de programmeur japonais des 80’s. Car, dans la version niponne, le sprite du perso est aussi utilisé pour le personnage de “Bagu”, c’est-à-dire “bug” en japonais. Bug, Error, tout ça, tout ça. Les en-foi-rés. 

i'm error, who is error, zelda, link

Le trauma est tel chez certains que la tirade “I am Error” – redécouverte au XXIème siècle à l’aune du retour de la NES en port HDMI – est rapidement devenue un meme du net. La preuve. 

[wpdevart_like_box profile_id=”397214427125210″ connections=”show” width=”900″ height=”165″ header=”small” cover_photo=”show” locale=”fr_FR”]

zelda, link , i am error, who is error