Si Obama et Jagger se payent des weekends à Cuba, pourquoi pas toi ?

Dès l’aéroport, tu vas sentir le choc : les portes de l’avion qui s’ouvrent sur un souffle d’air chaud de la mer des Caraïbes. Très vite, tu te retrouves dans une Lincoln chromées, direction La Havane, nouvelle capitale des Caraïbes.

Que tu descendes à l’hôtel National (quasi)face à l’Océan, dans l’une des excellentes maisons d’hôtes House In front of The Sea, dans une villa de luxe sur AirBnb, ou dans une casa particular (chez l’autochtone), tu t’y rendras par le Malecon, le bord de mer, où traînent les Cubains jour et nuit.

cuba, malecon, havane

Une fois délesté de tes bagages, direction la Habana Vieja, coeur de la ville, cité coloniale espagnole fortifiée, fondée en 1519. Tout y est comme figée dans le temps. Le Capitole, l’hôtel Séville, le Musée de la révolution, le Musée des beaux-arts, les Plazas de la Arma, de la Catedral et de San Francisco ou l’ex-quartier “riche” de Vedado. Partout, l’architecture créole se mêle au cubisme communiste. Partout, ce même chic délabré, fantômes des fastes de l’ére Batista. 

La tronche des pépés est aussi défraîchie que la peinture de leur baraque. Par contre, sois prévenu : ni McDo, ni Starbucks, ni centre commerciaux. Du moins pour l’instant !

cuba, cigare, voyage, havane

Enfin, c’est l’heure de l’apéro. Tu n’as pas le choix : ici c’est Mojito (petite recette pour t’entraîner). On conseille celui du bar Le Monserate. Institutionnel !

Une petite faim ? Pour t’éviter les restaus d’Etat, où le personnel est payé pareil qu’il te serve où non (et donc il ne te sert pas), on ira luncher dans un Paladar, chez l’habitant. Privilégiez les fruits de mer, les langoustines, le poulet frit. C’est frais !

Faut savoir qu’avec 40$, t’es le prince de La Havane. Et avec 60$, tu es le roi !

Pour tout savoir sur la gastronomie locale : c’est par ici ! 

L’après-midi, offre-toi une petite sieste avant de sauter dans un taxi antique pour aller faire trempette/bronzette sur les Playas Del Esté, à 20 km de La Havane. Mais gare aux méduses de Guanabo ! Autre option : un aller-retour à Varadero.

Une fois le soir tombé, l’air se rafraîchit. Le gosier aussi, avec une bière ou un Cuba Libre au bar un peu lounge El Del Frente, calle O’Reilly. Pour les affamés, on conseille le restaurant Sia Kara, la cantine des expats. Et si tu n’as pas froid aux yeux, tu iras déguster le poisson cru sur pilotis chez Santy, au fond du labyrinthe du quartier de Jaimanitas.

Enfin, c’est l’heure de la fête. Et là, c’est l’embarras du choix ! Plutôt glamchic ? Ce sera une soirée au Gran Teatro, l’Opéra de la Habana vieja, envahi de Mickies, la jeunesse dorée cubaine, tenue dandy & arty exigée ! On y danse sur le son du très jazzy Yasek Manzano ou du DJ Wichy de Vedado.

Plutôt Salsa traditional ? Si tu veux du Chan Chan à la Buena Vista Social Club, pas la peine de chercher, il y en tout autour de toi toute la nuit ! Plutôt poprock spirit ? Rendez-vous dans des bars dignes de club new-yorkais comme la Fabrica de Arte Cubano (dite la  Fac »), QG du Cuba hype en mode culture alternative. Plutôt Jazzy sophistiqué ? La Flauta Magica (traduire : La Flûte Enchantée) est pour toi : calme, luxe et clim à fond, des musicos en live, des tour de magie et une gastronomie fort correcte. 

Mais tu n’es pas obligé de nous croire ! Tu peux toujours piocher dans cette liste non-exhaustive des spots branchouilles de la capitale ! 

Le lendemain, à l’issue d’une grasse matinée, tu iras flâner du côté des galeries d’art contemporain, histoire de te la péter plus tard en ramenant une toile “locale”. Il faut savoir que la Bienal de La Habana est quand-même sponsorisée par Louis Vuitton et Daniel Buren. Bref, y’a de quoi financer le steakhouse. Hors saison, on conseille la galerie El Apartamento, près du Malecon (tu pourras y trouver des photos de Juan Carlos Alom comme celle ci-dessous, intitulée Manga Boy), ou bien la chine chez Arte Continua et Clandestina. On en profite, bien sûr, pour acheter une bouteille de rhum (qui se dit Ron) et une belle botte de cigares “maison”, ainsi que quelques bibelots d’artisanat, des bijoux et des machins sur Ernest Hemingway. 

Tu l’as compris, Cuba est en pleine éclosion. On est encore dans “la Havane off”. Mais ça ne va pas durer. Il ne reste que quelques instants avant que la marée de vioques obèses n’envahisse l’île depuis la Floride. Le nombre de touristes dépassé déjà la barre des 3,5 millions. L’hôtellerie est déjà saturée, les prix commencent à flamber. This is now or never !

Tu es déjà en concurrence avec le Pape François, les Rolling Stones, Rihanna, l’émir du Qatar, Frank Gehry, Natalie Portman, la princesse de Hanovre, Karl Lagerfeld. Et bientôt, ce sera le tour de Paul McCartney et de U2. Mais, mais, mais, le pire est à venir : Air China vient d’ouvert une première liaison directe Beijing-Havane… et en ouvre une seconde en avril ! 

Bon, si tu ne peux pas y aller (tout de suite), tu peux toujours voyager depuis ton canapé en matant ta télé. Car, cher lecteur fainéant et/ou pauvre, depuis janvier, les Américains sont de nouveau autorisés à filmer Cuba. Et ils ne s’en privent pas ! La saison 5 de « House of Lies » diffusée par Showtime en avril, est en partie tournée à Cuba. Le Discovery Channel a déjà sa série « Cuban Chrome », entièrement réalisée à Cuba et dédiée aux petits génies de la mécanique restaurant les belles américaines des 50′. Sans oublier le 8ème opus de  Fast & Furious, qui sera tourné sur le sol cubain, promesse de Vin Diesel himself. Sinon, tu pourras toujours admirer Antonio Banderas jouer les détective dans « Havana Quartet », une série policière tirée des romans du Cubain Leonardo Padura.

Allez, hasta la vista baby !

Pour d’autres weekends dépaysants, tu peux lire aussi : Weekend à Montréal : la caribouillante !

cuba, havane, cigare

Une réponse

  1. Week-end à Cuba libre ! - ZINC | ZincMag...

    […] Si Obama et Jagger se payent des weekends à Cuba, pourquoi pas toi ? Dès l’aéroport, tu vas sentir le choc : les portes de l’avion qui s’ouvrent sur un souffle d’air chaud de la mer des Caraïbes. Très vite, tu te retrouves dans une Lincoln chromées, direction La Havane, nouvelle capitale des Caraïbes. Que tu descendes à …  […]