Cette confusion entre promesse et contrat, nourrit aujourd’hui le populisme. Qui élit-on ? Un Père de la Nation, ou bien son PDG ? Le premier fait des promesses. Le second, signe des contrats. La suite sur LeZéphyrMag.

A propos de l'auteur

Chroniqueur/Pigiste, spécialiste Société&Médias

Articles similaires