Le programme de Donald Trump est une machination à remonter dans le temps. Pour le meilleur ou pour le pire ?

« Make America Great » aurait suffi. Mais Trump y a ajouté Again, car il incarne moins un rêve qu’un souvenir américain. Celui de l’Amérique des années 1970.

Le programme du milliardaire est une machination à remonter dans le temps. Rapatrier les industries lourdes délocalisées. Rendre les immigrés à leur pays d’origine. Faire redescendre le prolétariat dans les mines et les usines. Remplacer le Made in China par du Made in America. Faire comme s’il n’y avait aucun conflit en Extrême-Orient. S’autoriser à jurer, fumer, boire, draguer, et faire vrombir son moteur sans risquer de remontrance politiquement correcte. Ne plus culpabiliser à l’idée de manger gras, salé, sucré. Dire merde aux droit-de-l’hommistes, aux beatniks écolos, aux féministes hystériques. Et ainsi de suite. Comme l’explique Adam Curtis, réalisateur d’un documentaire sur le milliardaire, « Trump est un produit de la contre-culture des années soixante-dix ». La suite sur Contrepoints.

A propos de l'auteur

Chroniqueur/Pigiste, spécialiste Société&Médias

Articles similaires